Discriminations sur le parcours - Streaming - Antoine Klein

Discriminations sur le parcours – Streaming

Publié il y a 12 mois

Partager cet article

dans Mixité et esport
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Temps de lecture : 4 minutes

La problématique du streaming mériterait à elle-même un travail de recherche complet pour être correctement traitée. Les interactions entre les diffuseurs et leur public sont complexes et les communautés présentes sur ces sites sont multiples. Je précise que différents exemples utilisés ci-dessous ont été sujets à controverse, et il est difficile de connaître toute la vérité. Je vais cependant tenter de lister différentes formes de sexisme qui peut être rencontré sur les plateformes de diffusion en ligne.

Il y a deux choses à prendre en compte quand on traite des diffusions en direct comme sur Twitch, YouTube Live ou Mixer. La première est qu’un chat écrit est présent, les spectateurs peuvent interagir directement avec la personne qui diffuse. Ils peuvent également leur faire des dons, qui peuvent parfois se révéler très importants.

La deuxième est qu’il est régulièrement mis en avant dans les médias des diffuseurs stars. Des personnes qui génèrent des millions de vues et d’euros. Or, la grande majorité des diffuseurs n’a pas ou très peu d’audience[1]. Les streamers ne sont pas des personnes qui s’adressent à un public anonyme, à une énorme masse, mais échangent régulièrement avec un public fidèle.

 

Une étude de 2016 menée par plusieurs membres de l’université de l’Indiana[2] a analysé les mots les plus récurrents dans le chat lié à la diffusion. Il s’avère que lorsque les internautes commentent des streameuses, les messages ont tendance à être plus dirigés vers son physique (en rouge). Les diffusions tenues par les hommes auraient quant à elles un plus grand nombre de réactions liées uniquement au jeu en lui-même (en bleu).

Certaines personnes pensent qu’un lien entre eux et une personnalité publique se crée. Toutes les stars ont dû à un moment ou un autre gérer des problématiques où des fans deviennent envahissants, voire effrayants. Le problème qui est rencontré par les personnalités sur Twitch est qu’il est possible d’interagir avec elles, via des donations ou via le chat ce qui rend l’illusion d’une proximité beaucoup plus courante. Certains spectateurs peuvent devenir possessifs : la streameuse Christy Shao a rapporté à NBC News[3] une anecdote où une personne avait créé 30 comptes sur Twitch et 20 comptes sur Twitter uniquement pour la contacter.

La streameuse Amourath a-t-elle été victime d’une histoire assez étrange[4] : elle a été accusée par un Youtuber d’avoir caché le fait qu’elle était en couple afin d’augmenter les dons que son audience masculine lui envoie. L’affaire a pris de grosses proportions et a été relayée par de nombreux médias. Amourath a accusé le YouTuber de l’avoir mise en danger, car depuis elle aurait reçu plusieurs livraisons de nourriture et aperçu des personnes observer son appartement. Le YouTuber aurait quant à lui déclarer ne pas avoir encouragé ces comportements et avoir reçu de nombreuses propositions de personnes voulant lui partager des informations personnelles de la streameuse.

La streameuse Naho May a écrit un témoignage sur le site du journal « Les Échos » et met en lumière un autre problème : « Ce qui n’aide pas, dans le monde du streaming c’est que certaines streameuses (surtout anglophone) misent tout sur leur physique et véhiculent une image hyper sexualisée. Elles braquent la caméra sur leur décolleté et le jeu devient bien secondaire. Certains spectateurs font l’amalgame et mettent toutes les streameuses dans cette catégorie dite de ‘e-girl’. ».[5] Ainsi, certains estiment que grâce à leur physique, ces femmes trichent et volent les vues des hommes qui diffusent sur la plateforme. Dans l’interview pour NBC News, une streameuse du nom de Quqco revient sur ce problème et explique qu’on l’accuse de ne pas mériter ce qu’elle a construit, que tout le travail investi ne vaut rien, car elle doit tout uniquement à son physique.

La streameuse PaladinAmber a trouvé une manière originale de réagir face aux demandes déplacées qu’elle reçoit lorsqu’elle est en direct[6]. En effet, elle a par exemple reçu des demandes sur son statut amoureux, mais également des demandes de prix concernant des vidéos de ses pieds ou de la vente de sa salive. Sa réponse est d’exposer ces personnes et de leur répondre directement afin de ne pas « les laisser passer sous le radar ». Elle a donc créé des scènes spécifiques sur ses directs uniquement pour leur répondre :

Partager cet article

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Sources

 

[1] HERNANDEZ, Patricia. The Twitch streamers who spend years broadcasting to no one. The Verge [en ligne]. 16 juillet 2018. [Consulté le 1 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.theverge.com/2018/7/16/17569520/twitch-streamers-zero-viewers-motivation-community

[2] NAKANDALA, Supun, LUCA CIAMPAGLIA, Giovanni, MAKOTO SU, Norman, et al. Gendered Conversation in a SocialGame-Streaming Platform [en ligne]. Novembre 2016. [Consulté le 16 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://arxiv.org/pdf/1611.06459.pdf.

[3] ROSENBLATT, Kalhan. On Twitch, women who stream say their biggest obstacle is harassment. Dans : NBC News [en ligne]. 29 septembre 2019. [Consulté le 16 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.nbcnews.com/tech/internet/twitch-women-who-stream-say-their-biggest-obstacle-harassment-n1060016.

[4] HERNANDEZ, Patricia. For women on Twitch, disclosing their relationship status is a minefield. Dans : The Verge [en ligne]. 8 août 2018. [Consulté le 16 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://www.theverge.com/2018/8/8/17661596/twitch-relationship-status-amouranth-women-donations-single.

[5] NAHO, May. “Je suis gameuse, auto-entrepreneuse et je commence à en vivre”. Les Echos Start [en ligne]. 4 novembre 2019. [Consulté le 16 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://start.lesechos.fr/travailler-mieux/metiers-reconversion/je-suis-gameuse-auto-entrepreneuse-et-je-commence-a-en-vivre-1174878.

[6] GRAYSON, Nathan. Twitch Streamer PaladinAmber Does Not Have Time For Your Shit, Internet Creeps. Dans : Kotaku [en ligne]. 25 juillet 2019. [Consulté le 16 mai 2020]. Disponible à l’adresse : https://kotaku.com/twitch-streamer-paladinamber-does-not-have-time-for-you-1836708509.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kibok#3527

Aller au contenu principal